B.H Obama Le point de départ de cet essai vient du constat que toute la politique actuelle est à la traîne et n'a pas pris la mesure du discours de Philadelphie d'Obama (21 mars 2008), un discours qui n'est pas seulement sur l’égalité des races mais sur un nouveau visage de l'Amérique à la faveur duquel toute une conception de l'ordre mondial et de la politique perd de sa suffisance.
Il l'aborde d'un point de vue philosophique sans souci de polémique. Car la véritable question philosophique est celle-ci : comment ne pas désespérer de la victoire finale en préférant voir dans les faux appels à la démocratie auxquels nous sommes constamment confrontés (ici comme en Amérique) un risque inhérent à l’enjeu démocratique lui-même ? En un mot : comment jouer le jeu d'une (re)découverte démocratique ?
Il se trouve qu’une telle réaffirmation est la posture même de B.H. Obama
B.H Obama : une représentation de l'éthique de la vertu (perfectionniste) qui vient d'Emerson  ? Et dans quel sens ? 
C'est à ce type de questions que se consacre ce premier essai d'une série consacrée à la philosophie contemporaine, à la critique perfectionniste ainsi qu'à la relecture qu'impose le fait philosophique d'une géméllité entre Nietzsche et Emerson.
Afin d'accompagner ici et maintenant ce retour de l'Amérique à elle-même.
---- Sommaire ---
Ch 1 - La question politique perfectionniste : retour sur une élection *
Ch 2 - Le paradigme de la conversation selon B.H Obama
Ch 3 - Le discours perfectionniste de B.H Obama du 18 mars 2008
Ch 4 - La perfection selon de B.H Obama
Ch 5 - Condition - Constitution - Caractère chez Stanley Cavell et Emerson
Ch 6 - Succès et échec de la philosophie
Ch 7 - La fin de l’esclavage

ISBN 978-2-9542494-2-1 au format epub et pdf